Photo d'une femme passant devant le bibliobus à Yaoundé
Projets - 9 juin 2017

Un bibliobus au service des populations isolées à Yaoundé

A la fin de l’année 2015, une belle histoire commence, le Ministère de l’Art et la Culture Camerounais (MINAC) contacte Bibliothèques Sans Frontières (BSF) pour mettre en place un bibliobus qui sillonnerait la périphérie de Yaoundé. Suite au succès du bibliobus du Centre de Lecture Associatif Camerounais (CLAC), BSF décide d’associer le CLAC au projet, en tant que partenaire opérationnel. L’objectif est d’aller à la rencontre des populations éloignées géographiquement ou socialement des bibliothèques.

Favoriser l’accès des jeunes et adultes au livre et au numérique

C’est en janvier 2016 que les orientations et les objectifs du projet se sont précisés et que le Comité de Pilotage du projet s’est formé, incluant le MINAC, le CLAC, BSF et l’Ambassade de France, bailleur du projet. Un bus est alors acheté sur place et aménagé en bibliobus. C’est un artisan local qui a réalisé tout l’habillage visuel du bibliobus.

Une fois la transformation du bus achevée, Emilie Deschamps et Sylvain Courret, formateurs à BSF, se sont rendus sur le terrain pour accompagner les équipes d’animateurs de la Centrale de Lecture publique et du CLAC à l’animation du bibliobus. Pendant une semaine, des ateliers de formation ont été organisés autour de la médiation culturelle, de la gestion de projet et de bibliothèque (organisation des rayonnages, des fonds documentaires etc.).

L’inauguration du bibliobus a eu lieu en septembre 2016 dans la commune de Mfou. De nombreux acteurs étaient présents : plusieurs membres de la Direction du Livre et de la Lecture du MINAC, des membres de l’Ambassade de France, de la Municipalité de Mfou, les autorités locales, et l’équipe du CLAC.

Photo d'un animateur rangeant un livre dans le bibliobus à Yaoundé
Photo d'un atelier lecture avec le bibliobus à Yaoundé

De nombreuses activités ont été mises en place en fonction des âges et des niveaux scolaires, pour les jeunes enfants et les adolescents.

Pour les jeunes enfants, l’équipe a animé des ateliers de lecture de contes, suivis d’interactions autour de la morale du conte, ainsi que des ateliers de dessin. Pour les adolescents, ils ont organisé des activités avec les tablettes (exercices de mathématiques, logique, sciences etc.), qui ont rencontré un franc succès. La plupart des adolescents utilisaient ces outils numériques pour la première fois. C’est grâce au KoomBook, bibliothèque numérique portative développée par BSF, que toutes ces activités ont pu être mises en place.

Les animateurs ont aussi organisé des ateliers interactifs autour de lecture avec les adolescents, afin de susciter des échanges et des débats. Certains animateurs ont eu un véritable rôle de mise en lien entre l’outil et les jeunes.

L’équipe animatrice est également allée à la rencontre des publics adultes, les accompagnant dans leur découverte du bibliobus et dans leur recherche documentaire en fonction de leurs intérêts, leurs goûts, leur situation sociale etc. Ceux-ci ont pu ainsi consulter librement les ouvrages qu’ils souhaitaient.

Le bibliobus adaptait ses tournées au quotidien des populations, en fonction de la sortie de l’école, du moment où les adultes rentrent des champs etc. Les écoles intégraient la visite du bibliobus dans leur programme et les professeurs s’y rendaient avec leurs élèves. Il y a ainsi eu toujours beaucoup de monde qui participait aux animations et qui visitait le bibliobus.

Prisca Berroche, Chargée du projet à BSF, conclut “C’est une belle réussite. Le partenariat a très bien fonctionné. Les objectifs ont été atteints.” Aujourd’hui, même si l’accompagnement de BSF est terminé, le bibliobus continue ses tournées.

Témoignage de John Kampoer, Chargé du projet bibliobus à Yaoundé

Doctorant en histoire à l’Université de Yaoundé 1, Membre de la Direction Nationale du Livre au MINAC et Jeune Leader du programme BSF Campus, John Kampoer a pris la responsabilité du projet bibliobus.

Quelle a été votre mission dans le projet bibliobus ?
Ma mission principale était d’assister le Directeur du CLAC Charles Kamdem. Nous étions tous les 2 chargés de rendre le projet opérationnel. Cela allait de l’acquisition du matériel pour le bibliobus (achat de mobilier, d’ouvrages, etc.) au suivi du développement du projet. J’ai aussi eu un rôle de médiateur entre les différentes parties prenantes : le MINAC, BSF et le CLAC, je faisais le lien entre tous les acteurs.

Comment le projet a-t-il évolué ?
Le projet a suivi plusieurs phases. Tout d’abord, il nous a fallu aménager le bus en bibliobus et acquérir tout le matériel nécessaire à son bon fonctionnement. Puis, Charles Kamdem et moi sommes allés à la rencontre des populations sur le terrain, aussi bien le personnel des mairies, les responsables des structures locales, que les bénéficiaires finaux pour leur présenter le projet et les informer du calendrier des venues du bibliobus. L’inauguration du projet a eu lieu à Mfou et ce fut un grand succès ! Enfin, suite aux formations d’Emilie et Sylvain de BSF, nous avons pu véritablement lancer le projet et aller sur le terrain à la rencontre des populations avec les animateurs.

Pourriez-vous nous raconter l’histoire d’un utilisateur du bibliobus ?
Oui, une histoire qui m’a beaucoup marqué est celle d’un tout petit enfant. C’était à Mfou, après l’inauguration du bibliobus, il est allé consulter un document en couleur présentant plusieurs espèces d’oiseaux. Il était obnubilé par l’ouvrage ! Il est ensuite venu nous voir en nous parlant des oiseaux qu’il avait identifié autour de lui. Il était très satisfait et semblait heureux d’avoir découvert cela. Je me souviens d’un élève qui m’avait accosté à Okola et avait décidé de nous suivre toute la journée, pendant nos déplacements dans la ville. C’était très touchant, les enfants s’accrochaient à nous et nous demandaient à quelle heure nous revenions le lendemain avec le bibliobus. Nous devions leur expliquer que le bibliobus allait dans plusieurs villages et que nous ne pouvions pas revenir ici dès le lendemain.

Comment s’est passée la coopération entre les différents acteurs du projet ?
La coopération entre BSF, le CLAC et le MINAC fut excellente ! La mise en relation d’acteur majeurs de l’univers culturel au Cameroun comme le MINAC et le CLAC est une vraie réussite. Et BSF a initié et permis ces échanges qui ont été très fructueux.

Quelle a été pour vous la plus belle réussite du projet ?
D’après moi, il n’y a pas spécialement eu une réussite plus belle qu’une autre. Je pourrais dire que la plus belle réussite fut la satisfaction totale et unanime, aussi bien des partenaires, que des professeurs des écoles, des élèves, des enfants et des adultes. Car dans toutes les localités où nous nous sommes rendus , les populations étaient enchantées par le projet. Un grand aboutissement est le fait que ces populations s’accrochent aux contenus et aux outils numériques et papier. A tel point que nous sommes débordés, lorsque nous allons sur le terrain. La plus belle réussite du projet, à mon sens, est la forte adoption des contenus et des outils du bibliobus par les populations.

A LIRE AUSSI

« L’illettrisme se tait »

Projets - 12 septembre 2018

Augustin Trapenard : notre parrain à Palerme !

Evènements - 2 juillet 2018

Prisca Berroche : « Le Koombook renforce les compétences des Alliances françaises »

Projets - 20 février 2018

Atelier de conversation | “L’effort des apprenants et un moment solidaire”

Médias - 9 février 2018

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et mesurer les audiences de fréquentation de nos services. Pour plus d'informations et/ou vous opposer à ces cookies, cliquez ici.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer