Photo d'un atelier Koombook avec des mineures au Burundi
Projets - 2 mars 2018

« Une fois dans la salle, je commence à échanger » | Réinsertion des mineures à Ngozi

L’été dernier au Burundi, Bibliothèques Sans Frontières a installé un KoomBook et des tablettes numériques dans le quartier des mineures du centre de détention de Ngozi. Les enjeux de cette bibliothèque numérique et portative créée par l’association étant d’appuyer les activités éducatives du centre et de favoriser la réinsertion des jeunes filles. Quelques mois plus tard, comment se sont-elles appropriées le Koombook ? Quelques réponses avec les acteurs du projet. 

« Des ponts entre la prison et le monde extérieur »

En juin dernier, quinze membres du personnel de Terre des Hommes, de la direction du centre et des assistants psychosociaux pénitentiaires ont été formés à l’utilisation du KoomBook, des aspects techniques de l’utilisation de celui-ci à la médiation culturelle. Financé par la Direction générale Coopération au développement et Aide humanitaire de Belgique, ce projet a pour objectifs de permettre au personnel de la prison d’aider les mineures à mieux se comporter au quotidien et préparer leur réinsertion.

« Créer des ponts entre la prison et le monde extérieur favorise la réinsertion. » expliquait alors l’un des participants lors de la formation KoomBook.

Aujourd’hui dans la prison de Ngozy, des activités psychosociales se sont mises en place grâce au KoomBook. Autour d’une table, des groupes de parole permettent aux mineures détenues de s’exprimer librement, de parler d’elles-mêmes, de leur histoire, d’échanger et se conseiller mutuellement. Cet exercice aide ces dernières à avoir le sens de l’écoute et tirer des leçons des trajectoires personnelles de leurs codétenues. Ces animations autour du KoomBook sont également l’occasion pour les assistants psychosociaux d’identifier les mineures en souffrance – dont certaines ont des problèmes psychiques aggravés – pour ainsi mieux les prendre en charge.

« Avant l’utilisation du KoomBook, on peinait à trouver un programme apte à réunir toutes les mineures et à les faire parler autour d’un même sujet. Il m’était difficile par exemple de trouver une bonne manière de leur apprendre la communication non violente et les règles de base de la vie collective. Désormais, le KoomBook est choisi comme médiateur… Les filles dialoguent autour des sujets vus dans le KoomBook, elles rient ensemble, discutent de leur passé. C’est amusant ! » explique Nadine Akimana, assistante sociale du centre de Ngozi.

Photo d'un groupe de mineures autour du Koombook

Parmi les thématiques abordées par les animations KoomBook : les grossesses non désirées et leurs conséquences (certaines mineures sont emprisonnées pour motif d’infanticide), la reproduction, la gestion des conflits, le sens du partage et le pardon, notamment illustrés par des vidéos en kirundi récemment ajoutées dans les KoomBook.

« Pendant les animations, j’apprends, je redécouvre des compétences et notions sociales et individuelles essentielles au vivre-ensemble telles que l’empathie, la gestion de l’impulsivité, le respect de mes amies et des autres. Des fois, il m’arrive de penser à mon futur de façon très pessimiste car toutes mes perspectives sont bouchées. Quand je me rappelle que je suis emprisonnée, je suis stressée, malheureuse et je m’emporte facilement. Je lance des injures à gauche et à droite. Une fois dans la salle du KoomBook, je me sens systématiquement détendue, plus calme, presque heureuse et je commence à discuter avec mes amies. » témoigne Claudine Nduwarugira, une mineure du centre.

Des missions de suivi sont régulièrement menées par l’équipe de Bibliothèques Sans Frontières afin de vérifier l’application effective des recommandations communiquées sur place aux animateurs et améliorer la mise en œuvre du projet. Celles-ci permettant de faire un état des lieux des activités mises en place, de renforcer notamment les capacités des animateurs sur la médiation culturelle et de résoudre les éventuels problèmes techniques ou organisationnels.

Très impliqués sur le terrain, les bénévoles de Terre des Hommes organisent chaque semaine au moins deux séances d’animation KoomBook d’une durée d’1h15, dont 45 minutes d’utilisation encadrée et 30 minutes d’utilisation libre. Selon divers témoignages, le KoomBook contribue à pacifier le centre : les assistants psychosociaux observent moins de conflits entre les mineures, laissant place au divertissement, à l’instruction et à davantage de moments conviviaux.

À LIRE AUSSI

Photo d'une jeune fille qui lit dans un hôtel du Samu Social

BSF équipe en bibliothèques les hôtels sociaux

Projets - 3 février 2017
Photo de l’équipe de BSF au siège du groupe La Poste

BSF et La Poste : un partenariat durable

Projets - 18 juillet 2017
Photo du personnel de Terre des Hommes et des assistants psych-sociaux en séance de formation au Burundi

Des KoomBook pour les mineurs en détention au Burundi

Projets - 10 août 2017
Photo des participants à la formation KoomBook à Kamenge

Des kits KoomBook dans quatre écoles au Burundi

Projets - 24 novembre 2016

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et mesurer les audiences de fréquentation de nos services. Pour plus d'informations et/ou vous opposer à ces cookies, cliquez ici.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer