Jordanie : le premier tournoi eSport dans les camps de réfugiés
Evènements - 7 janvier 2020

Refugees Esport Cup : le premier tournoi esport dans les camps de réfugiés

Du 26 janvier au 1er février, Bibliothèques Sans Frontières et la Fondation UEFA pour l’enfance organisent le premier tournoi eSport dans le camp de réfugiés syriens de Zaatari, en Jordanie. Une action soutenue par Facebook, Sony et ArmaTeam.

Un réfugié passe en moyenne dix-huit ans de sa vie dans un camp. Dix-huit ans sans pouvoir s’informer, lire ou bien apprendre. C’est pourquoi Bibliothèques Sans Frontières et la Fondation UEFA pour l’enfance travaillent sans relâche pour que ces femmes, ces hommes et ces enfants du camp de Zaatari puissent se reconnecter au monde, résister à l’ennui, trouver les ressources pour nourrir leur résilience et penser leur avenir. En favorisant l’accès au sport, à l’éducation, à l’information et à la culture, nous avons à cœur de donner à toutes et à tous la capacité d’être autonomes, libres et de s’épanouir.

Situé à l’est de Mafraq, ce camp compte aujourd’hui 60 000 syriens qui ont fui la guerre civile. Il y a trois ans, Bibliothèques Sans Frontières y a installé une Ideas Box – une médiathèque mobile, en kit, designée par Philippe Starck. La Fondation UEFA pour l’enfance, quant à elle, offre depuis cinq ans des activités sportives variées au travers de sa maison du sport, ses terrains de football et sa formation d’entraîneurs.

Pour la première fois, avec le soutien de Facebook, Sony et ArmaTeam, Bibliothèques Sans Frontières et la Fondation UEFA pour l’enfance organiseront le tournoi “Refugees eSport Cup” dans le camp de Zaatari. Du 26 janvier au 1er février, celui-ci réunira 200 jeunes de 10 à 18 ans – dont certains en situation de handicap – qui s’entraînent depuis le mois de décembre. Au cœur de ce projet : la cohésion sociale et le divertissement.

Camp de Zaatari, Jordanie

LE JEU VIDÉO, VECTEUR DE COHÉSION SOCIALE

Dans les bibliothèques ou les musées, les jeux vidéo ont toute leur place. Loin devant le cinéma, la musique et la littérature, c’est aujourd’hui le bien culturel le plus consommé au monde. En 2019, le chiffre d’affaires du secteur est d’environ 120 milliards d’euros (en comparaison, le cinéma représente 40 milliards).

Pourquoi souhaitons-nous donner accès aux jeux vidéo dans les camps de réfugiés ?
Consciente des problématiques pédagogiques et des dérives liées aux jeux vidéo et forte de son expertise – de la sélection de ressources éducatives et culturelles à la médiation -, Bibliothèques Sans Frontières et la Fondation UEFA pour l’enfance souhaitent promouvoir un usage positif de ce bien culturel, pour toutes et tous. C’est pourquoi nous avons eu à cœur d’organiser ce premier tournoi eSport en Jordanie : le jeu vidéo est un produit culturel auquel les réfugiés devraient avoir accès, comme les autres. Le temps d’un match, ils pourront alors s’évader de leur quotidien et de leurs conditions de vie difficiles.

Le jeu vidéo, c’est avant tout de l’humain. Qu’ils collaborent ou s’affrontent, quelles que soient leurs histoires, les joueurs et joueuses créent du lien, échangent et partagent dans le respect. Interactif et inclusif, il leur permet de se divertir, de s’évader, de se raconter des histoires et d’en créer. Celui-ci stimule l’imagination et la créativité, plonge le joueur dans d’autres univers – comme peut le faire un roman ou une bande-dessinée – en le rendant acteur de son histoire. C’est une opportunité de se rencontrer, d’apprendre les différents enjeux et les règles du vivre ensemble. Enfin, avec le jeu vidéo, l’échec – sous toutes ses formes – n’existe pas : il constitue même le cœur de l’apprentissage. La défaite le pousse à continuer et à aller de l’avant.

NOS PARTENAIRES

Logos

Depuis 2007, Bibliothèques Sans Frontières agit sans relâche pour porter la connaissance à celles et ceux qui en sont privés – des camps de réfugiés au Bangladesh aux territoires ruraux en France – et faire du droit à la culture un droit fondamental de l’être humain. En treize ans, l’association a touché plus de six millions de personnes dans cinquante pays.

À LIRE AUSSI

Ideas Box Santé : des jeunes pendant un atelier

À Boulogne-sur-Mer, l’Ideas Box réduit les inégalités sociales liées à la santé

Projets - 27 août 2018
Photo d'un jeune homme sur une tablette

« J’ai commencé à vivre sans rêver »

Projets - 7 juin 2019

TEST NEWS 1

TEST 2 MODAL WINDOW PLEASE APPEAR

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et mesurer les audiences de fréquentation de nos services. Pour plus d'informations et/ou vous opposer à ces cookies, cliquez ici.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer