Projets - 12 mars 2021

Burundi : briser le tabou de la sexualité

Au Burundi, le manque de ressources de qualité sur les sujets liés à la santé sexuelle et reproductive peut être dangereux pour les jeunes et les adolescents. Les structures spécialisées, quant à elles, ne sont pas suffisamment armées pour répondre de manière efficace à leurs besoins. Les conséquences sur leur vie sont lourdes : des abandons scolaires suite aux grossesses non désirées et des mariages précoces sont observés.

Pour lutter contre cette situation, nous accompagnons depuis plus d’un an les professionnels de santé, les médiateurs et les enseignants burundais dans l’organisation d’actions de sensibilisation et de prévention auprès de leurs publics, grâce à l’installation de bibliothèques numériques Ideas Cube dans six provinces du pays. Notre objectif : atteindre 100 000 jeunes et adolescents d’ici 2022 !

Rencontre avec Nadine Dusenge, coordinatrice du projet à Bujumbura.

 

En 2019, Bibliothèques Sans Frontières a installé 10 Ideas Cube dans plusieurs écoles, associations, centres communautaires et centres de santé du pays pour renforcer l’accès et la qualité de l’information sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescents. Six provinces ont accueilli le projet : Bujumbura Mairie, Bujumbura, Rumonge, Makamba, Gitega et Muyinga.

Les contenus de ces bibliothèques numériques – créées par l’association il y a cinq ans – ont été sélectionnés sur-mesure par nos équipes, en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé Publique et de la lutte contre le SIDA et nos partenaires locaux, en fonction de l’âge et des besoins des jeunes. Plusieurs thématiques ont été retenues : maternité, prévention du VIH et des cancers du col de l’utérus, planification familiale, lutte contre les grossesses non désirées et prévention des violences basées sur le genre.

“La sexualité est un sujet tabou chez les jeunes burundais, mais également chez les adultes. Personne n’en parle à la maison. L’adolescence est pourtant une période de transition importante, les jeunes se posent beaucoup de questions. Il est très difficile d’y répondre. L’accès à des informations fiables sur le sujet leur permettrait pourtant de grandir en toute sécurité et de vivre pleinement leur sexualité.

Avec l’Ideas Cube, nous ne voulons pas concurrencer mais soutenir les structures existantes et renforcer leurs efforts déjà entrepris dans les écoles ou les centres de santé “amis des jeunes”, en apportant de nouvelles clés de compréhension aux jeunes. Ils doivent avant tout être acteurs de leur santé et adopter un comportement responsable et préventif vis-à-vis de celle-ci.” Nadine Dusenge, coordinatrice du projet.

1 250 RESSOURCES, 126 MÉDIATEURS FORMÉS

Adaptées au contexte local, 1 250 ressources sont aujourd’hui disponibles dans les Ideas Cube, en français et en kirundi. En plus de celles liées à la santé sexuelle et reproductive, nos équipes ont également ajouté un volet sur l’entrepreneuriat. Des exercices pour apprendre le français, des cours de biologie, d’histoire et de géographie ont aussi été intégrés.

Depuis le mois d’août, nous avons formé 126 animateurs, enseignants et partenaires locaux à l’utilisation de l’Ideas Cube et à la mise en place d’ateliers de médiation basés sur ses contenus.

“L’Ideas Cube permet à nos partenaires de diversifier leurs ressources, d’enrichir leurs connaissances et de mieux préparer leurs séances d’animation. Nous avons notamment mis l’accent sur les témoignages vidéo. Ceux sur les anciens consommateurs de drogues ou les jeunes vivants avec le VIH sont très regardés et débattus. C’est tout de suite beaucoup plus concret qu’une simple lecture de livres. Cela permet à certains jeunes de s’identifier, une première étape pour mieux s’accepter.

Des temps d’échange sont aussi régulièrement organisés entre les parents et leurs enfants. Il faut inciter le dialogue pour briser le tabou.” Nadine Dusenge.

Depuis l’arrivée des Ideas Cube, les centres de santé sont devenus beaucoup plus attractifs, comme ceux d’ABUBEF et RNJ+. Les jeunes adolescents s’y retrouvent toujours plus nombreux chaque semaine autour d’ateliers de sensibilisation sur les grossesses non désirées, les mariages précoces, les infections sexuellement transmissibles et les violences faites aux femmes. La demande d’informations et le dépistage volontaire ne cessent d’augmenter, les animateurs se sentent plus armés et crédibles pour répondre à leurs interrogations et déconstruire les stéréotypes. Quant aux écoles, elles ont elles aussi vu leurs clubs de santé redynamisés suite à l’arrivée de l’Ideas Cube.

“De plus en plus d’élèves fréquentent les clubs de santé, attirés par les tablettes et la technologie de l’Ideas Cube. Les enseignants témoignent d’un véritable enthousiasme de leur part ! Dans le lycée de Kimina par exemple, le club compte aujourd’hui 520 membres, contre 60 avant l’arrivée de la bibliothèque numérique.

Autre victoire : lors du premier trimestre, aucun élève n’a été renvoyé dans les lycées de Kimina et de Mabanda. Parmi les causes habituelles d’exclusions, permanentes ou temporaires, on peut citer les grossesses ou la prise excessive de drogues. Les élèves sont de plus en plus responsables.” Nadine Dusenge.

 

Nos équipes organisent régulièrement des rencontres entre les animateurs des centres et les enseignants pour partager leurs expériences, leurs bonnes pratiques et lister les défis à relever. Suite à celles-ci, quelques points sont à améliorer dans les prochains mois :

“Plus de contenus sur la lutte contre les grossesses non désirées seront ajoutés prochainement dans les Ideas Cube, avec un accent particulier sur les témoignages vidéo. Nos équipes sélectionneront aussi davantage de ressources sur les conséquences des avortements clandestins et les violences basées sur le genre, notamment en kirundi.

Grâce aux caméras mises à disposition par BSF, nous aimerions que les usagers puissent enfin créer leurs propres contenus et les partager auprès de leurs camarades. La production de ces contenus en kirundi permettra à chacun de mieux s’identifier dans les vidéos réalisées et les messages véhiculés. Leur implication est clef dans la réussite du projet.” Nadine Dusenge.

Pour l’instant, 11 200 jeunes et adolescents ont bénéficié de ce programme. En avril 2021, 15 Ideas Cube supplémentaires seront installés dans les centres et les écoles. Avec le soutien de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, 130 Ideas Cube le seront dans tout le pays en 2022.

Un grand merci à l’ensemble de nos partenaires opérationnels et financiers de nous accompagner sur ce projet : l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, le Ministère de la Santé Publique et de la lutte contre le SIDA, Abubef, Auxfin, Care, Cordaid, Pmc, Psi, Rnj+ et Sharenet.

À LIRE AUSSI

L’IDEAS BOX S’EXPOSE SUR LES BERGES DE SEINE

Evènements - 30 avril 2015

Un « instant, tout court » dans les gymnases parisiens

Projets - 1 avril 2021

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et mesurer les audiences de fréquentation de nos services. Pour plus d'informations et/ou vous opposer à ces cookies, cliquez ici.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer