Photo d'une Ideas Box portée par les Colombiens
Projets - 12 décembre 2017

« La bibliothèque, mon premier souvenir de paix »

Depuis les années 1960, la Colombie fait face à un conflit armé, opposant notamment le gouvernement aux Forces armées révolutionnaires de Colombie, les FARC. A la fin de l’année dernière, après quatre ans de négociations, un accord de paix est finalement signé entre le gouvernement du Président Juan Manuel Santos – prix Nobel de la Paix – et les anciens combattant.e.s. Mettant alors fin à un demi-siècle de guerre civile ayant fait plus de 6,9 millions déplacé.e.s, 266 396 mort.e.s et 60 630 disparu.e.s. Pour rendre l’accord effectif et combattre les inégalités ayant nourri le conflit, le gouvernement parie sur la culture comme élément central de la réconciliation nationale. C’est là que BSF entre en jeu, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de Colombie ! Discussion avec Yoann, chargé de projet de la mission « Des Ideas Box pour construire la paix », sur une année d’actions.

Des bibliothèques pour la construction d’une paix durable

Colombie, janvier 2017. Après plusieurs mois de construction, de formation et de sélection des contenus, vingt Ideas Box sont déployées dans des régions très reculées et isolées du pays, autrefois contrôlées par les FARC et longtemps délaissées par le gouvernement. Dans ces régions vivent des communautés – anciens combattant.e.s et populations indigènes – qui n’ont pour la plupart pas accès aux installations sanitaires de base, aux services médicaux et à l’éducation.

L’installation de ces médiathèques mobiles dans les zones de démobilisation et de transition, où les guérilleros ont aujourd’hui déposé leurs armes pour réintégrer la société, fut une priorité du Ministère de la culture colombien. Dans la plupart d’entre elles, les Ideas Box ont été même parmi les premières institutions étatiques à ouvrir après la signature de l’accord de paix.

Photo d'un bibliothécaire colombien et d'un Farc ensemble

Pendant un an, basé.e.s à Bogota, Violette, Jeanne, Romain et Yoann, les quatre chargé.e.s de projet de BSF, ont appuyé les vingt bibliothécaires chargé.e.s de l’animation quotidienne des Ideas Box. Yoann explique leurs missions :

« D’abord, nous avons formé les bibliothécaires à la bonne utilisation de l’Ideas Box ; formation qui s’est prolongée à chacune de nos visites sur le terrain. Certain.e.s d’entre eux.elles étaient moins à l’aise avec l’informatique, d’autres avec la médiation culturelle. Nous leur avons également apporté un soutien sur la structuration des activités, sur les rendez-vous institutionnels ou avec les organisations communautaires, surtout avec les FARC. En tant qu’ONG internationale, nous représentions une certaine neutralité qui nous a permis de nous détacher du côté ‘gouvernemental’ du projet, qui pouvait être un frein auprès de certaines communautés, notamment des anciens combattant.e.s. Il y avait également une veille régulière auprès des bibliothécaires : on nous appelait lorsqu’il y avait un problème technique par exemple. Enfin, nous étions le pont entre la Bibliothèque Nationale de Colombie et les bibliothèques locales. Avec Jeanne, Violette et Romain, nous étions les seul.e.s à nous déplacer aussi régulièrement sur le terrain, pour mieux remonter les informations. En identifiant les besoins spécifiques de chaque bibliothécaire et bibliothèque, nous étions alors plus pertinent.e.s pour répondre à leurs problématiques, et ainsi adapter notre travail en conséquence. »

Photo d'un déploiement Ideas Box en Colombie

De la mule itinérante aux fresques murales

Les faibles taux d’alphabétisation dans les zones rurales en Colombie exacerbent les inégalités sociales et culturelles. En fournissant aux différentes communautés un accès aux livres, à internet ainsi qu’à des dispositifs numériques et multimédia, BSF renforce le processus de construction de la paix par la promotion d’espaces de rencontre communautaire et de cohésion sociale. L’objectif : encourager les échanges, restaurer la confiance entre communautés et vis-à-vis de l’Etat, et unir les Colombien.ne.s. En promouvant ainsi des bibliothèques libres et ouvertes, le Président Juan Manuel Santos mise sur la réduction des tensions dans le pays, ouvrant plus facilement un espace de dialogue démocratique et citoyen.

Parmi les publics principaux de ces bibliothèques : les enfants et adolescent.e.s.

« Les jeunes venaient principalement chercher des supports pour faire leurs devoirs, dans les livres et sur internet. Certain.e.s avaient simplement besoin d’un coin tranquille et d’un ordinateur pour travailler. D’autres voyaient l’Ideas Box comme une bouffée d’air : venir à la bibliothèque signifiait jouer sur une tablette, aux jeux avec leurs ami.e.s et lire des livres. En Colombie, l’école n’a lieu que le matin. L’après-midi, ils vont aux champs avec leurs parents. La bibliothèque était une alternative culturelle à leur quotidien. »

Photo d'un enfant colombien faisant ses devoirs

Les adultes, plus difficiles à toucher, avaient d’autres envies et besoins au sein de l’Ideas Box.

« Les adultes venaient beaucoup par curiosité : ‘Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Que trouver dans une bibliothèque ?’ Ce qui fonctionnait le mieux, c’étaient les livres techniques et pragmatiques : agriculture, couture et cuisine. Enfin pour les FARC, c’était un vrai moyen de renforcement de leur politique culturelle. La bibliothèque leur ouvrait un champ de possibles : ils profitaient par exemple des ordinateurs pour faire de l’alphabétisation digitale. Beaucoup également jouaient aux jeux de société. »

En un an, les vingt bibliothécaires ont eu l’occasion d’expérimenter, de créer, d’animer des activités et de partager avec les différentes communautés. Petite sélection de trois projets :

« Il y eut notamment la Muloteca, la bibliothèque à dos de mule. La bibliothèque de Gallo était dans un endroit très isolé, où il n’y avait ni route ni moyen de communication : c’était la seule alternative pour arriver jusqu’au public. Sur la mule étaient installées des malles, pouvant ramener des livres et autre matériel dans les différents villages perdus du parc national naturel du Paramillo. La mule a parfois même emprunté des pirogues. Dans cette même bibliothèque, une série documentaire a aussi vu le jour. Ce projet d’ateliers audiovisuels mêlait à la fois l’apprentissage du numérique, à travers les caméras et le montage vidéo. Cela permettait aux gens de raconter leur histoire, la réalité locale et de sortir du cliché du village perdu. L’idée de base était que les FARC montent les vidéos faites par les gens de la communauté. Enfin dans d’autres régions, des fresques ont étaient peintes sur les murs par et pour la communauté, pour chaque point de l’accord de paix. Enfants, FARC, police, personnes âgées : tout le monde s’y est mis. »

Photo d'une fresque murale avec des ânes

L’impact de tels projets sur la vie quotidienne ? Pour Yoann, ces bibliothèques ont permis de rapprocher des gens qui ne se parlaient plus.

« FARC, police armée, communautés … les gens ont pu échanger à nouveau et comprendre ce que les autres avaient pu vivre pendant le conflit. A Conejo par exemple, une vieille querelle avait divisé le village : deux familles s’opposaient alors. C’est la rénovation d’un bâtiment à l’abandon et la construction d’une bibliothèque qui leur a permis d’atténuer les tensions : la bibliothèque a été un pont entre ces deux communautés. En vingt jours seulement, adultes, enfants, officiels et personnes âgées ont construit la bibliothèque et fait quelque chose d’exceptionnel. En amont, ils s’étaient déjà mobilisés pour faire des activités génératrices de revenus – des soupes communautaires aux combats de coqs – et trouver l’argent nécessaire pour acheter le matériel. Voilà l’un des ingrédients du processus de paix : que les gens se parlent et se comprennent. »

Photo d'un policier racontant une histoire à deux jeunes filles

A LIRE AUSSI

Photo de jeunes utilisant une Ideas Box

Invitation : Journée Ideas Box France 2017

Evènements - 20 juin 2017

Une Ideas Box pour les enfants des rues à Ziguinchor

Projets - 24 novembre 2017
Photo de demandeurs d'asile devant des ordinateurs

Se comprendre mutuellement, un enjeu crucial dans l’accueil des demandeurs d’asile

Médias - 30 mai 2017
Photo des membres du comité de sélection et des représentants des 4 associations bordelaises lauréates

4 associations bordelaises utiliseront l’Ideas Box jusqu’en mars 2018

Projets - 16 juin 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et mesurer les audiences de fréquentation de nos services. Pour plus d'informations et/ou vous opposer à ces cookies, cliquez ici.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer