Photo de Thomas Lebreuil, Directeur des Opérations de BSF
Médias - 22 novembre 2017

Thomas Lebreuil : « Mes envies pour BSF : des projets cohérents et de qualité »

Thomas Lebreuil, Directeur des Opérations de Bibliothèques Sans Frontières depuis cet été, revient sur son parcours professionnel, son année et ses envies au sein de l’organisation, entre deux voyages.

DES RUINES INCAS À EMMAÜS CONNECT

Après deux ans de classe préparatoire au Lycée de Fermat à Toulouse, ville où il a grandi, Thomas entre à l’école de commerce HEC Paris en 2005. En stage de première année, une mission humanitaire l’emmène au Pérou, où il aide – déjà – à la mise en place d’une bibliothèque :

« A Andamarca, un café concentrait la plupart des activités sociales et culturelles de ce village au milieu des Andes. Avec un ami, nous avons amené et installé des livres et travaillé avec les habitants pour en faire une vraie bibliothèque. Pas loin, il y avait des ruines Incas. Ici et là, pas mal d’objets sortis de ces ruines étaient entassés dans des cartons. Grâce au maire du village, nous avons récupéré un local, fait construire des vitrines et installé un petit musée. »

Dans le cadre de son année de césure, entre la deuxième et la troisième année, il part à l’étranger. D’abord à Dublin pour une mission de conseil auprès des entreprises, puis au Centre culturel français d’Helsinki. Trois mois respectivement. Enfin, il décolle direction le Brésil pour être assistant à la gérance générale d’une structure hôtelière promouvant un tourisme durable, à Picinguaba. De retour en France, après en avoir profité pour voyager un peu en Amérique du Sud, il choisit en troisième année la majeure « Alternative management », spécialité en lien avec l’ESS suivie par quelques 20 étudiant.e.s de sa promotion. Quelques cours théoriques sur la critique du capitalisme plus tard, un diplôme obtenu et un chapeau lancé, il démarre très rapidement comme Responsable des opérations au sein de la start-up Synthésio, travaillant sur la réputation en ligne des organisations :

« C’était une petite boîte dynamique. Au début, nous étions seulement quatre. Ils m’ont laissé prendre la main très vite, constituer mon équipe, recruter et manager. Aujourd’hui, ils doivent être environ 150, avec des bureaux aux Etats-Unis et en Asie. C’était une expérience très formatrice et professionnellement riche, je suis resté deux années. »

Un départ motivé par un besoin de plus de sens, mais aussi par l’envie de voyager, au long cours.

« Je voulais partir longtemps, en sac à dos. En Afrique et en Asie surtout, principalement en solo. J’ai eu le temps, durant les centaines d’heures de bus, pour réfléchir à ce que je voulais faire une fois rentré. J’avais dessiné l’itinéraire des quatre premiers mois, de la Tanzanie jusqu’en Egypte, et je suis finalement parti une dizaine de mois. »

De retour en France, « c’est très clair » : Thomas veut maintenant travailler dans le monde associatif ou l’ESS, qu’il connait peu. Après un petit temps de recherche, il entre au sein d’Emmaüs Défi, une des multiples associations du mouvement Emmaüs.

« En plus d’une activité classique – revente de meubles ou de vêtements – Emmaüs Défi avait une vocation d’incubateur et voulait lancer de nouveaux projets. Dès mon arrivée, j’ai travaillé sur le projet de Téléphonie Solidaire, qui avait pour objectif l’accès aux télécommunications des personnes en situation de précarité. Nous avions un point d’accueil, à Paris : on distribuait des offres de téléphonie solidaires, à tarif préférentiel, directement au public. Quand je les ai rejoints, nous étions quatre à travailler sur ce projet. »

La Téléphonie Solidaire prend progressivement de plus en plus de place au sein d’Emmaüs Défi, il est donc décidé de créer une autre association pour porter cette mission : Emmaüs Connect. Avec Thomas comme Directeur des Opérations.

« Petit à petit, nous avons abordé les questions de conseil, d’usage et de formation. Tou.te.s nos conseillers.ères et vendeurs.ses étaient des salarié.e.s en insertion et mon rôle était dans un premier temps d’encadrer l’équipe parisienne. Du fait du développement de l’association, j’ai ensuite travaillé sur l’essaimage en France de l’activité. Nous avons d’abord ouvert plusieurs points d’accueil en région parisienne. Puis à Grenoble, à Lyon, à Marseille, à Lille. Quand je suis parti, nous étions 80 ! »

Fin 2015, après près de quatre années, il finit par quitter Emmaüs Connect – ou presque, puisqu’il est désormais membre de son Conseil d’Administration. Il en profite – bien évidemment – pour voyager un peu, pour prendre le temps « de couper et de lire ». C’est de retour en France, alors qu’il vient tout juste de se replonger dans la recherche d’emploi, qu’il tombe sur le site internet de BSF :

« Je connaissais très peu BSF. Pour moi, c’était une petite structure dont les actions se situaient essentiellement en France. Fondamentalement, l’accès à l’éducation et à la culture me parlait particulièrement. En parcourant le site de BSF, j’avais l’impression de voir beaucoup de développement, beaucoup de sujets et beaucoup d’envies qui me correspondaient ! »


Mes envies pour BSF, à court terme, ne sont pas révolutionnaires. J’aimerais que l’on continue à étendre nos terrains d’intervention, à toucher d’autres gens et à aller dans d’autres pays. Tout en améliorant la qualité de ce que l’on fait.
Thomas

LA DÉCOUVERTE DU MONDE DES ONG

En juillet 2016, il rejoint donc l’équipe de BSF en tant que Responsable adjoint des programmes en France, aux côtés d’Enora Hamon.

« C’était une courte et très belle expérience. J’appuyais la coordination des chargé.e.s de projet en France et travaillais sur des sujets de développement. J’ai notamment passé beaucoup de temps sur le lancement du projet Ideas Box à Calais. »

Six mois plus tard, un poste s’ouvre : celui de Directeur adjoint des Opérations, qu’il occupe alors pendant cinq mois. Jusqu’à devenir Directeur des Opérations, suite au départ de Diana Puyo.

« Mon rôle est de coordonner l’ensemble de nos activités opérationnelles, de m’assurer autant que possible que les projets sur nos terrains sont cohérents, de qualité et harmonisés. Du fait de mon expérience à Emmaüs Connect, je connaissais bien les problématiques et acteurs de nos projets en France. Sur la dimension purement ONG, ce n’est pas mon parcours, c’est un monde que je connais moins, mais que je découvre avec beaucoup d’envie. »

Un tout autre monde sur lequel il se penche actuellement : la programmation 2018 !

« Mes envies pour BSF, à court terme, ne sont pas révolutionnaires. Nous faisons déjà beaucoup de choses, nous avançons très vite. J’aimerais bien évidemment que l’on continue à étendre nos terrains d’intervention, à toucher d’autres gens et à aller dans d’autres pays. Tout en améliorant la qualité de ce que l’on fait. Je pense qu’il y a de la place pour être meilleurs vis-à-vis de nos partenaires et des bénéficiaires, pour être plus serein.e.s sur la valeur ajoutée et les services que l’on veut proposer. Je suis curieux de savoir où BSF sera dans un an et jusqu’où l’on aura réussi à se développer. Nous aurons, je pense, davantage de certitudes. »

De son côté, une certitude : celle d’être bien à sa place pour l’instant.

« Je suis conscient de l’immense chance d’avoir évolué aussi rapidement au sein de BSF. S’il y a eu un petit concours de circonstances, j’espère toutefois avoir une part de responsabilité. Après plus d’un an ici, je continue d’y croire fondamentalement. Demain, si l’on me demande où je veux être, je réponds à BSF, sur ce poste de Directeur des Opérations. C’est une structure qui continue de me parler énormément, un poste qui me correspond bien et que j’ai envie de porter. »

A LIRE AUSSI

Photo de Florent Corcelle, Directeur Administratif, Financier et Ressources Humaines

Florent Corcelle : « BSF est un ado plein d’idées ! »

Médias - 26 septembre 2017
Photo d'Abel Sollier, Directeur logistique de BSF

Abel Sollier : « BSF est une structure jeune qui permet l’innovation »

Médias - 18 octobre 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et mesurer les audiences de fréquentation de nos services. Pour plus d'informations et/ou vous opposer à ces cookies, cliquez ici.

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer